Merlin

Théâtre du Loup, 2010, scénographie. Théâtre du Loup, Genève.Merlin ou la terre dévastée, de Tankred Dorst.

Un grand spectacle, une quinzaine  de comédiens, un texte complexe et une création très intéressante. Une collaboration passionnante avec Denis Tricot (qui a réalisé avec ces fils de bois les racines de mon arbre) et Christelle Paré, une magnifique costumière. Un spectacle très fort sur le plan visuel, décor noir.



Un jour, le diable féconde une pucelle qui accouche alors d’un être doué de pouvoirs extraordinaires, Merlin. Sa mission est de guider les humains sur le chemin du mal, mais aussitôt celui-ci désobéit à son destin et imagine une société équitable et pacifique pour laquelle il invente une table ronde, enflamme les corps, protège les amours adultères… avant de voir, désespéré, le cours des choses lui échapper.
Tankred Dorst revisite ici la légende et la rend plus contemporaine que jamais : « Si chaque époque connaît ses crises, elles nous amènent à croire que la destruction peut enfanter la reconstruction… ». Plus de cent personnages se croisent dans cette pièce épique, à la fois burlesque, tragique et baroque, qui raconte le rêve d’une société pacifique et l’échec de cette utopie qui sombre dans les intrigues, les guerres et la barbarie.